Journée mondiale des communications sociales 2024 : le diocèse d'Abomey sensibilise les journalistes sur le message du pape François

Les professionnels des médias du Zou ont été conviés à une séance de communication avec les responsables diocésains de l'Église catholique dans les secteurs de l'audiovisuel et de la communication, dans la soirée de ce mercredi 12 juin 2024. Cette rencontre s'inscrit dans le cadre de la célébration en différé de la 58ème journée mondiale des communications sociales dont le thème s'intitule " l'intelligence artificielle et sagesse du cœur pour une communication pleinement humaine ".

Installés dans une salle aménagée du Centre Monseigneur Lucien Monsi Agboka (CEMOLA) dans la commune de Bohicon, une trentaine de professionnels des médias ont participé à la rencontre entre communicateurs initiée par l'évêque du diocèse d'Abomey, Mgr Eugène Cyril Houndekon.

Dans une ambiance conviviale, chacun des participants s'est présenté pour marquer le thème interactif de la rencontre. Sous la supervision du père Eustache Nobimè, coordonnateur diocésain, les hostilités de la soirée ont démarré par le décryptage de l'actualité; notamment celle de la crise opposant le Bénin et le Niger, "deux pays frères". Une analogie a été faite avec celle de 1963 qui avait opposé les deux nations sur la question de l'île de l'été faisant ressortir ses conséquences et le rôle joué par l'Église catholique dans le dénouement de la crise.

Le thème principal de la séance est ensuite évoqué à travers la lecture d'un résumé du message du pape François, donnée par le père Isaac Wensa, membre de la commission diocésaine de la communication. Dans sa lettre, le souverain pontife reconnaît les avantages des avancées technologiques placées sous la dénomination d'intelligence artificielle (IA). « L’utilisation de l’intelligence artificielle pourra apporter une contribution positive dans le domaine de la communication, dans la mesure où elle n'en annulera pas le rôle du journalisme dans ce domaine, mais au contraire l’accompagnera ; où elle renforcera le professionnalisme de la communication, en responsabilisant chaque communicateur » affirme-t-il. Il reconnaît aussi « la capacité incommensurablement plus grande » que celle de l’homme des outils de l'IA à mémoriser les données et à les relier entre elles pour l'atteinte de résultats impressionnants en un laps de temps. Ce qui inquiète cependant le Saint-Père, c'est l'ambivalence de ces avancées technologiques, « qui, entre de mauvaises mains, pourraient ouvrir des scénarios négatifs ». « Comme tout ce qui est sorti de l’esprit et des mains de l’homme, les algorithmes ne sont pas neutres. Il est donc nécessaire d’agir de manière préventive, en proposant des modèles de régulation éthique pour limiter les implications néfastes et discriminatoires, socialement injustes, des systèmes d’intelligence artificielle et pour contrer leur utilisation pour la réduction du pluralisme, la polarisation de l'opinion publique ou la construction d’une pensée unique » souligne-t-il. Par dessus tout, le successeur de Saint Pierre rappelle l'importance de « l'humain » qui tend à s'effacer en face de toutes les propositions et facilités virtuelles alléchantes qu'offre l'intelligence artificielle. « L’information ne peut être séparée de la relation existentielle; elle implique le corps, l’être dans la réalité; elle demande de mettre en relation non seulement des données, mais des expériences; elle exige le visage, le regard, la compassion ainsi que le partage » défend-il. Il exhorte en sommes à un usage responsable de l'IA avec une « sagesse » que les machines n'ont pas et un « cœur incorruptible » qui place l'humain avant la technologie.

Les participants ont dans l'ensemble reconnu la pertinence de ce message du pape François et pris l'engagement de s'atteler à respecter ses prescriptions.

La soirée s'est achevée par une communion entre les participants et les organisateurs autour d'un buffet religieusement garni.

LAISSER UN COMMENTAIRE